Réservé aux professionnels

20 protège-écrous retirés en moins d’une minute

Outil spécial avec système de collecte

25/06/2009

Hutkappenabzieher 1

Beaucoup d’automobilistes camouflent leurs écrous de roues derrière de jolis caches en plastique, pièces difficilement saisissables que l’on trouve dans le milieu automobile et pneumatique. FÖRCH, le spécialiste des fournitures de haute qualité pour l’automobile et l’industrie, innove avec l’Extracteur de protège-écrou pour des écrous de 17, un outil pratique avec son système de collecte, qui économise du temps, de l’argent et les nerfs.

40 petites manipulations sont nécessaires pour changer une roue sur un véhicule ayant des jantes à 5 trous, pour enlever les protège-écrous et puis finalement les remettre. Tout ce temps s’additionne aux minutes du procédé habituel avec la pince, qui sont dans peu de cas facturées au client. Car pour un changement de jante, la facture est rarement basée sur le temps de travail effectif, mais plus souvent sur un forfait.

L’Extracteur de protège-écrou FÖRCH ne fait pas uniquement gagner du temps lors de l’enlèvement des protège-écrous mais il rend également possible l’exécution du travail en un clin d’œil. Jusqu’à présent, les mains déjà prises, on devait mettre de côté les protège-écrous, quelques uns allaient s’éparpiller sur le sol de l’atelier et être finalement perdus. Grâce à l’innovation du système de collecte automatique intégré, tous ces petits agacements appartiennent maintenant au passé. Avec sa version fine et ses profils spéciaux, aucune raison de désespérer devant des protège-écrous rainurés ou équipés d’un rebord.

Utilisation : Poser l’extracteur de 50 cm de long, en forme de bâton sur le protège-écrou et extraire les protège-écrous du système de collecte. Un mécanicien effectue le démontage et le remontage en moins d’une minute. Seule l’appréhension d’endommager les jantes subsiste aussi bien chez le client que chez le mécanicien. Mais l’Extracteur de protège-écrou FÖRCH a encore un avantage, celui d’être équipé d’une extrémité en plastique qui protège les jantes en aluminium, contrairement à une pince à angles incisifs. Cet investissement bon marché et utile est donc évident pour tous les métiers de l’automobile et du pneumatique.

Retour au sommaire